I AM 1984


 

I AM 1984 utilise le dispositif de « représentation » propre à une conférence (en explorant la convention entre le conférencier et le public) en vue d’établir un échange d’informations. Le flux verbal des informations, supporté par des illustrations dessinées, se déploie ainsi comme un réseaux complexe de signifiants qui activeraient un processus cognitifs différents selon l’esprit de chacun, puisant dans le « savoir-catalogue » de l’histoire, culture populaire, art, science, jeux vidéo, films, musique et finalement devenant un exercice dans le traitement d’informations. Le dessin final est une sorte de carte mentale, « une conspiration du cerveau », établissant des connexions entre un nombre débordant d’événements et d’effets disparates. Cette opération, qui est devenue un modèle d’intelligibilité central au discours politique actuel est aussi comique que tragique. Elle tente de donner du sens aux événements, aux situations ambiguës et dramatiques, de faire un Récit intelligible à partir des contradictions et transformations qui affectent le monde en continu, en vue de libérer la pression insupportable des contingences de la réalité. Une forme post-moderne de catharsis ? Tournant autour de l’année 1984, la pièce établit des connexions entre les éléments autobiographiques (l’histoire communiste de l’ex-Yougoslavie et les rêves d’enfance de B.M., l’alter ego de la performeuse Barbara Matijevic) et certains faits, personnes et événements de l’histoire des États-Unis (les Jeux Olympiques de Los Angeles, Walt Disney, Apple et Steve Jobs, George Lucas et Star Wars). En ce sens la pièce joue de cette angoisse engendrée par la sensation de perte de l’individualité et de l’autonomie face aux forces anonymes d’une superstructure (au sens économique et linguistique à la fois) qui semble contrôler nos vies et même nos pensées et désirs les plus intimes. C’est une manière pour ceux qui ne font pas partie des centres du pouvoir de s’imaginer héroïquement en possession d’un savoir (l’arme des faibles) sans le but non plus de parodier l’impuissance de l’homme ordinaire. Au contraire, elle ouvre la possibilité de chaque individu à prendre possession de sa propre capacité de faire Sens du monde.

I AM 1984 est le premier volet de la trilogie intitulée: Théorie d’une performance à venir ou le seul moyen d’éviter le massacre serait-il d’en devenir les auteurs?

 

Conception : Giuseppe Chico et Barbara Matijević
Interprétation : Barbara Matijević
Production : 1er stratagème et de facto
Coproduction : ZeKaeM teatro (Zagreb – Croatie)
Prémiere : 7 mars 2008, ZeKaeM (Zagreb – Croatie)
Durée : 50 minutes.
Langue : Français, Italien ou Anglais
Note : La pièce a reçu le Prix Spécial du jury au Festival Internationale Infant 2008 à Novi Sad (Serbie).

 


Photos

Credits: ©Julien Correc and Olivier Heinry, 2012, Creative Commons 3 BY-SA

 

Historique

2008

7-10/03 – 15-16/03 ZeKaeM Theater, Zagreb ( Croatie)
17/05 Barutana, Osijek ( Croatie)
28/06 Festival Infant, Novi Sad ( Serbie )
26/07 Art Workshop Lazareti, Dubrovnik ( Croatie)
31/10 Musée du Jeu de Paume, Paris ( France )
14/11 Kranjcar Gallery, Zagreb ( Croatie)

2009
05/03 Living Room, Spazio Raum / Bologna ( Italie)
11/03 iLive2, LIFE / St.- Nazaire ( France )
20-22/08 Festival Far, Nyon ( Suisse )
3/10 Festival Spokenworld, Kaaitheater / Bruxelles ( Belgique )
16-17/10 Vie, Emilia Romagna Teatro / Modena ( Italie)
24/10 Meteor Festival, BIT Teatergarasjen / Bergen ( Norvège )
27/11 iLive3, LIFE / St.- Nazaire ( France )

2010
13/03 Consortium, Atheneum, Dijon ( France )
19/03 UOVO, La Triennale / Milano ( Italie)
26/03 360° Festival, St.Brieuc ( France )
30-31/03 Etrange Cargo, Menagerie de Verre / Paris ( France )
15-17/04 Museé d’art Contemporain, Zagreb ( Croatie)
25/05 Contemporanea, Prato ( Italie)
3/09 Festival Castel dei Mondi, Andria ( Italie)
17/09 Kunstraum Niederrostereich, Vienne ( Autriche )
18/12 Reims Scène d’Europe, Frac Champagne-Ardenne, Reims ( France )

2011
2/03 Festival Performatik Kaaitheater , Bruxelles ( Belgique )
19/03 Teatro La Piccionaia, Vicenza ( Italie)
16-17/04 Festival B :om , Seul ( Corée du Sud )
27-28/ 05 Festival A/D Werf, Utrecht ( Pays-Bas )
3/ 09 OperaEstate, Bassano del Grappa ( Italie)

2012
27/01 Theatre Aurora, Marghera-Venice ( Italie)
28/01 Teatro delle Briciole, Parme ( Italie)
2 /02 Cabaret de curiosités#7, Phénix / Valenciennes ( France )
26/02 Ri-creazione, Asti ( Italie)

2013
19/04 Experienz#2 – Wiels, Bruxelles ( Belgique )
23/06 Mmc Luka, Pula ( Croatie )

2014
9 et 11/05 – YO! Fest Strasbourg ( France )

 


 

Presse

Vijenac – 24/04/2008 – Andrej Mircev

Zarez – 29/05/2008 – Natasa Govedic

Corriere di Bologna – 5/03/2009 – Massimo Marino

Corriere della sera – 20/03/2010 – Valeria Crippa

Art 21 – n°27, eté 2010 – Lou Forster

Giornale di Vicenza – 21/03/2011 – Alessandra Agosti

Gazzetta del Mezzogiorno – 3/06/2011 – Nicola Morisco

Gazzetta di Parma – 30/01/2012 – Valeria Ottolenghi

 


 

Fiche technique

 

Black box version

Equipe en tournée
2 personnes
Décor
Tableau noir d’une longueur de 5-7 mt. et une hauteur de 2,50 mt., sur lequel il est possible écrire avec une craie blanche
Une table
Un tabouret noir
Une éponge et un sceau
Scène
Distance d’environ 5 mt. entre le tableau et la première rangée du public
Ouverture minimale : 8 mt.
Profondeur minimale: 6 mt.
Lumière
Sans aucun changement durant toute la pièce, la lumière éclaire la totalité du tableau avec un filtre 202 ou 203 et des coupes en ligne droite sur les cotés et la partie supérieure du cadre, plus ouverte par contre dans la partie inférieure du tableau jusqu’à 3 mt. au sol.
Le public est éclairé également, avec des lumières de salle, à basse intensité.
Audio
Une sortie son mini-jack à jardin
Planning
Prévoir 6h de répétitions

White cube version

 – un mur blanc d’une longueur de 4-6 mt. et une hauteur minimale de 3,5 mt. sur le quelle soit possible d’écrire avec du charbon noir
– un nombre suffisant des « spot-lights » pour éclairer cette surface de manière uniforme
– une petite table (blanche)
– un tabouret
– une sortie son mini-jack
– la distance entre le mur et la premiere rangée du public d’environ 4 mt.
– prévoir du papier de verre